Dernières News Football

Mino Raiola en guerre contre la FIFA !

L’instance dirigeante du football mondial veut encadrer davantage les agents de joueurs pour éviter notamment les dérives liées aux commissions. Et le super-agent italo-néerlandais ne compte pas se laisser faire…

La FIFA c’est comme un dictateur communiste qui dit tout le temps au peuple ce qu’il doit faire”. Le verdict de Mino Raiola est sans appel ! En même temps ce n’est pas surprenant lorsque l’on connait le nouvel objectif de la FIFA.

L’organisation a pour ambition de plus réguler le travail des représentants de joueurs pour éviter toutes les dérives financières notamment.

Mais quelles dérives ? Car l’agent de Paul Pogba et Zlatan Ibrahimovic parle de droits.

Elle (la FIFA, sic) doit nettoyer la table, dire quels sont nos droits. Pour le moment, elle ne fait que dire qu’elle décide et c’est tout. C’est ridicule”, fustige-t-il dans des propos relayés par le journal espagnol Marca.

Mino fait de la résistance

Et si l’italo-néerlandais s’érige en Général de Gaulle des temps modernes, voulant “combattre depuis la Suisse”, il aura fort à faire. La FIFA veut en effet s’attaquer à un système dont beaucoup profitent pour faire du business et s’enrichir, Raiola le premier, mais parfois à l’encontre de la loi.

Un des derniers cas qui à fait jaser en France, celui de Mogi Bayat. L’agent belge s’est vu confié officieusement les rênes du FC Nantes. Si l’acte est déjà déontologiquement répréhensible puisque l’agent/directeur sportif serait soumis à des conflits d’intérêts évidents, il ne faut pas oublier que le Belge a déjà été dans l’illégalité auparavant.

Mogi Bayat a été inculpé de blanchiment d’argent et de participation à une organisation criminelle fin 2018. Il a même passé quarante jours en prison avant d’être libéré sous caution (150 000 €).

Blanchir de l’argent grâce au management de joueurs, c’est justement ce que veut éviter la FIFA. N’en déplaise à Mino Raiola. Et l’agent belge n’est pas le seul à baigner dans ce genre de combine.

Dans son livre La Mano Negra, Romain Molina révèle les dessous de cette profession qui en fait fantasmer beaucoup. Et ces dessous comportent parfois des zones d’ombres.

Car avec des empires dignes de multinationales, certains, comme Juan Figer, l’Uruguayen qui aurait inventé le concept même de super-agent, pourraient bien baigner dans de sales affaires. Mais, derrière de nombreuses sociétés écran, difficile de savoir qui fait quoi, même pour des journalistes d’investigation aguerris.

Ces doutes ne concernent bien sûr qu’une pincée d’individus parmi tous les représentants de joueurs. Peut-être est-ce pour cela que Mino Raiola critique la directive de la FIFA. Mais reste à savoir si sa petite résistance ralliera d’autres poids lourds à sa cause…

Anthony Guttuso

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *