Goran Dragic face aux Wizards
Basketball Dernières News

Goran Dragic est formel : au Miami Heat, il n’y a pas de problème d’égo !

Ses finales NBA tronquées par une blessure, sa free agency mais aussi sa place dans le groupe du Heat… l’international slovaque s’est confié au micro de Shams Charania.

Finaliste malheureux de la dernière saison NBA, le Miami Heat a impressionné beaucoup d’observateurs. Seulement cinquièmes au classement de la conférence Est à la fin de la saison régulière, les coéquipiers de Jimmy Butler ont non seulement battu Indiana, mais également renversé les Milwaukee Bucks, puis les Boston Celtics.

Au cours de ce périple, un seul mot d’ordre : intensité. Enfin… il y en a plusieurs en réalité. Rigueur défensive, dépassement de fonctions mais surtout une superbe entente entre les joueurs.

Il y a une grande alchimie entre nous tous, autant sur qu’en dehors du terrain“, assure Goran Dragic, le meneur vétéran du Heat, pendant l’émission de Shams Charania sur Stadium. “Personne n’a un égo surdimensionné, ne veut prendre tous les tirs ou le jeu à son compte“.

Jouer en tant qu’équipe, surtout aussi bien, c’est surement ce qui a tiré la franchise de Pat Riley sur le toit de l’Est. La voir terrasser une équipe construite autour de Giannis Antetokounmpo, double MVP en titre, en est la preuve.

Erik Spoelstra a de la chance – ou sait se faire respecter, au choix – et peut compter sur une vraie armée. A tel point que son meneur vétéran, un leader, accepte de s’assoir sur le banc sans broncher.

Quand Spoelstra m’a dit que je serai sixième homme, c’était très dur pour moi“, confie l’international slovaque. En effet, lui qui tournait à plus de 30 minutes disputées par match avant les finales s’est blessé au pied. A son retour, son entraîneur décide de le faire commencer du banc des remplaçants. “C’est dur, surtout après tant d’années en tant que titulaire en NBA… mais je revenais de blessure et puis je ne suis plus tout jeune. Je devais saisir l’opportunité“.

Dragic is the new Haslem ?

A 34 ans, il a passé 12 années dans la ligue nord-américaine. Le coéquipier de Luka Doncic, a pris son rôle de grand frère au sein d’une équipe du Heat pleine de jeunes talents, comme Kendrick Nunn notamment, qui convoite son poste de meneur titulaire.

C’est le rôle d’Udonis Haslem. Il a commencé par jouer de moins en moins, et maintenant il ne joue plus du tout. Il est juste là pour nous. C’est aussi cela, être professionnel“, explique Goran Dragic.

Un statut de titulaire remis en cause, mais qui ne change rien à sa free agency. Le Slovaque peut s’engager où il veut cet été certes, mais il veut rester à Miami. “J’espère vraiment rester, mais après c’est du business, tout est possible“, avoue-t-il au célèbre journaliste américain.

Et la réponse sera rapide. La saison NBA 2020-2021 commence le 22 décembre. Wait and see…

Anthony Guttuso

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *